#15 – Bienvenue à Madagascar (Franssou Prenant)

bienvenue_madagascar1

Les grandes villes se découvrent souvent au hasard. Avant de comprendre quoique ce soit d’une ville, celle-ci révèle ses sens et réveille les nôtres. Y déambuler c’est sculpter un matériau sonore, visuel et olfactif pour en faire une réalité sensitive singulière. Dans Bienvenue à Madagascar, Franssou Prenant annonce de sa belle voix abîmée qu’elle est arrivée par hasard à Alger. Elle était alors la femme de l’ambassadeur de Madagascar. Elle évoque les souvenirs chaleureux de cette période émerveillée et oppose une nostalgie douce-amère à ses déceptions contemporaines. Le film déambule partout : à travers une ville confuse, des époques toujours soucieuses et des réflexions tour à tour personnelles et sociologiques. Il prend même le risque d’explorer les ruelles les plus sombres de la ville et de rouvrir les plaies d’une Alger à l’histoire meurtrie. Ce foisonnement polyphonique donne à voir Alger à travers une multitude de détails. Franssou Prenant ne filme rien d’autre ce qu’elle aime. Les gros plans sur le béton, les reflets de la mer ou ceux du ciel laissent deviner le regard d’une petite fille discrète perdue dans l’immensité d’une ville.

Il existe des films mineurs, libres et intimes qui atteignent leur poésie mélancolique au moment du montage et finissent pas parler à chacun de nous. Bienvenue à Madagascar est de ceux-là. Le collage de tous ces éléments forment une symphonie douce et chaotique sur Alger. La cacophonie épouse les cadences d’une ville paradoxale et insaisissable. La voix off de Franssou Prenant empreint de poésie accole d’autres images à l’œuvre ondulante. La surimpression est tout à la fois sonore et visuelle et offre le même sentiment de dilution que le chatoiement de l’eau. Cette voix off se mélange aux paroles de ses amis militants ou à l’arabe des habitants d’Alger. Le contraste naît aussi des images tour à tour obscures sur les ruelles exiguës de la ville et d’autres franchement solaires et éclatantes sur les terrasses, le ciel et la mer. En bout de propos, le titre étrange de ce film renvoie à deux dimensions. La première est collective et historique. Les luttes pour la décolonisation au Madagascar et en Algérie ont alimenté l’engagement de la réalisatrice. Elle ne le cache pas. La seconde est toute personnelle. En atterrissant à Alger, Franssou Prenant est gagnée par la tentation du retrait insulaire. Alger est une île fantasmée. Son île à elle à défaut d’être son idéal.

bienvenue_madagascar2

Tino Tonomis

1 réflexion sur « #15 – Bienvenue à Madagascar (Franssou Prenant) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close